Moments suspendus (petite histoire du GIF)

jeudi 11 octobre 2012



Aujourd'hui, chers amis, parlons peu parlons GIF, en commençant par des petits moments de poésie girly sous forme de cinemagraphs, inventés et réalisés par la photographe de mode new-yorkaise Jamie Beck et le graphiste Kevin Burg (en couple dans la vie aussi, pour les lecteurs de Voici et autre littérature de haute volée), à l'occasion d'un reportage sur la Fashion Week New-Yorkaise.

Pour pouvoir apprécier ces vignettes animées, il faut être patient, les animations sont souvent subtiles, scroller lentement, et parfois, cliquer dessus pour les faire démarrer. Enjoy !
















Mais qu'est-ce qu'un cinemagraph me direz-vous ?

C'est une forme de GIF animé. La forme artistique et ultra-tendance de nos bons vieux GIFs, qui illustre le retour de hype de ce format évocateur des premières heures d'Internet et de ses dérives en terme d'esthétique.

Petit retour en arrière (assez long en fait, mais que voulez-vous, je me suis bizarrement prise de passion pour ce sujet) (si on m'avait dit qu'un jour j'écrirais un article gratuitement sur le GIF...). Bref.

Le Graphics Interchange Format (littéralement « format d'échange d'images ») est un format d'image numérique né au tout début d'Internet, en 1987. Il permettait de compresser des images afin de les ouvrir rapidement, à une époque où les connexions Internet étaient très lentes. Deux ans plus tard, on a découvert qu'on pouvait empiler une succession d'images dans un seul fichier GIF, et former une animation. Le GIF animé était né. Un must à une époque où la vidéo sur le web et Flash n'existaient pas !

Amis trentenaires et quadras, souvenez-vous ! Le GIF animé au début c'était ça (je vous ai mis des exemples parmi les plus populaires de l'époque - du point de vue des United States, on est international ou on ne l'est pas) :




A partir de 1993, les GIFs sont supportés par les navigateurs, et deviennent incontournables et omniprésents. En voici quelques exemples (que les moins de 20 ans ne peuvent pas connaître). Souvenez-vous.


Après des années de succès et de pages web et bannières clignotantes, le GIF tombe peu à peu en désuétude au tournant du millénaire, pour une sombre histoire de droits d'exploitation, et parce que Flash s'impose comme une innovation plus rapide et plus efficace pour animer Internet.

Commence alors la descente aux enfers du GIF : il est relégué au rayon des gimmicks un peu cheap, "populaires" et souvent d'un goût douteux. Il devient une des bases de l'identité visuelle kitsch des pages personnelles MySpace et Skyblog, agrémente les blogs d'adolescentes aux goûts bling-bling et gothico-féériques, et ponctue les forums de discussion sous forme d'émoticones très expressives.
().




D'ailleurs, parmi les décisions les moins controversées de Mark Zuckerberg, il y a eu celle d'interdire les GIFs animés sur les profils Facebook.

Bref, le GIF devient complètement ringard.

Paradoxalement, malgré sa dépréciation (et l'ostracisation du PDG de Facebook), l'expansion d'Internet 2.0 et des réseaux sociaux à partir de 2007-2008 signe son retour en grâce, et la découverte de nouvelles utilisations de ce format (le fait qu'en 2006, le format GIF soit tombé dans le domaine public n'est certainement pas étranger à ce retour en force).

Il devient divertissement pur avec la répétition en boucle de séquences TV ou cinéma, comiques ou cultes. Dès qu'une vidéo est postée sur Youtube, un GIF est créé et diffusé sur le web et relayé par Twitter et les autres réseaux sociaux. Dans notre culture de l'immédiateté et de l'impatience, il a l'avantage sur la vidéo de ne reprendre que le point culminant d'une scène, dans une boucle hypnotique et silencieuse. Avec lui, on n'a pas à se farcir la mise en situation, on va droit au but (pour de superbes GIFs cinéma allez voir If we don't, remember me).


Les fesses de Christina Hendricks dans Mad Men. CULTE.


LOL cat. COMIQUE. 



Couplé à du texte, il permet d'illustrer de façon humoristique et décalée ses états d'âme sur des Tumblr dédiés (voir In the mood for gifsMa vie (sexuelle) en gif, ou pour les anglophones That's So High School :

Source : Ma vie (sexuelle) en gif


Source : That's So High School

Les artistes investiguent à leur tour ce format offrant un large spectre créatif (voir la galerie sweet gifs, et les portfolios d'artistes français comme Elodie Petit). Mode d'expression caractéristique d'Internet, il en sort en 2010 grâce à la chanteuse britannique MIA qui lui rend hommage dans son clip "XXXO". Ça sentait vraiment le retour de hype à plein nez. Il n'en fallait pas plus pour que la publicité s'en empare (MTV avec la campagne GIF me more, et Polo avec Troustories en 2011).





Imparfait, saccadé, muet, incapable de retranscrire des couleurs complexes, mais facile à réaliser (bien plus qu'une animation Flash), à échanger et teinté de nostalgie retro-geek, le GIF est redevenu incontournable.

Mais revenons à nos cinemagraphs. En ajoutant une animation sur une partie seulement d'une photo (le reste est fixe), ils accomplissent la prouesse de bousculer les codes de la photo de mode et de renouveler l'art du GIF (oui oui, c'est une prouesse. Parfaitement). Ces photos mouvantes créent un sentiment d'étrangeté. Je les trouve assez fascinantes, à la frontière du kitsch et du joli.




Voilà ! C'est fini.
Pr Scarlett va aller se reposer, car c'est pas tout ça, mais c'est du boulot, le GIF.

Si vous voulez en savoir plus sur son histoire, de sa création à ses nouveaux usages aujourd'hui par l'avant-garde créative, c'est ici que ça se passe (en anglais).


7 commentaires:

  1. Encore merci Scarlett pour cet article.
    Grâce à vous on prend 20 ans dans les dents mais avec le sourire, du moins quand il en reste quelques unes...
    J'ajouterais comme annexe ce "mash up", je préfère le terme de pot pourri ou cette compilation, des gifs animés les plus célèbres.

    http://vimeo.com/14782834

    Au plaisir de vous relire.

    Un lecteur anonyme

    RépondreSupprimer
  2. Cher lecteur anonyme, merci pour les encouragements. Il ne faut pas être épileptique (ni en hyper-ventilation) pour regarder cette vidéo, mais merci pour le lien :-)

    RépondreSupprimer
  3. et moi je veux les chaussures à paillettes bleues......

    RépondreSupprimer
  4. :)))) Je vois qu'il n'y a pas que moi qui aime les chaussures. De femme. Qui brillent. A talons.

    RépondreSupprimer
  5. Effectivement les chaussures à paillettes sont très jolies. Moi je me suis acheté un agenda avec des paillettes (pas trop) et Audrey Hepburn, à l'expo "Paris vu par Hollywood", à l'hôtel de Ville de Paris, c'est en ce moment, c'est sûr qu'il y aura des choses qui te plairont, Scarlett ! L'expo Edward Hopper elle est bien aussi.
    Oui, les gifs, ça rappelle des tas de souvenirs, et les nouveaux gifs, les cinemagraphs, c'est vrai que c'est fascinant.
    Superbe, tout ça...

    RépondreSupprimer
  6. Bonne idée l'expo Audrey Hepburn... Edward Hopper, c'est prévu. Tant mieux si ce post t'a plu, c'était du taf, pitain !

    RépondreSupprimer
  7. Quelques-uns des meilleurs gifs vus cette année,avec au casting: des chaussures, edward hopper, mona lisa salt 'n pepa etc...

    RépondreSupprimer

Where is Scarlett ? All rights reserved © Blog Milk Powered by Blogger