Conseil d'orientation

jeudi 24 novembre 2011

"Les beaux gosses" de Riad Sattouf. Une ode à Biactol et au shampoing antipelliculaire.

Peut-on réussir sa vie professionnelle quand on a été un cancre à l'école ou qu'on a été orienté dans une voie de garage ?

Moi qui ai toujours été bonne élève (sans faire d'étincelles non plus !), je n'ai pas eu à subir de problèmes d'orientation pendant ma scolarité. L'école ne m'a jamais imposé une filière que je ne voulais pas, ni empêché l'accès à celle que je désirais. C'est donc avec fascination et admiration que j'observe aujourd'hui le parcours de ceux à qui l'école n'a pas fait de cadeau et qui s'en sortent malgré tout très bien dans leur vie professionnelle.

En lisant hier matin l'article consacré à Abdel Raouf Dafri, nouveau scénariste de la saison 2 de Braquo sur Canal +, dans le supplément télé du Monde, j'ai été frappée par le fait que ce mec, qui est aujourd'hui invité sur le plateau de Nulle Part Ailleurs et qui a écrit le scénario de "Un prophète" de Jacques Audiard, a une formation de CAP chaudronnier-soudeur.

Il avait pourtant de bons résultats scolaires. S'il a été relégué en enseignement professionnel c'est que, selon lui, "l'orientation est un système de régulation sociale". Fils d'immigrés algériens tous deux analphabètes, élevé au sein d'une fratrie de 7 enfants dans une cité de Wattignies (Nord), son ascension sociale n'en est que plus spectaculaire.

Le même jour, je dîne avec des ex-collègues pour fêter le pot de départ de l'une d'entre elles. Elles sont toutes cadres, à la Défense, chez un grand opérateur téléphonique (je sais, je vous fais rêver, là). Mais avec des réussites diverses au sein de la hiérarchie.

Celle qui réussit le mieux nous confie alors qu'à la fin de la seconde, le conseil de classe a voulu l'orienter en 1ère G (le bac G était alors l'équivalent de STG, un bac technologique pour les élèves en difficulté, qui n'ouvrait pas vraiment les portes de la réussite professionnelle. "Un bac à bon marché, ouverture habituelle des horizons bouchés" pour Sardou dans la chanson Le Bac G, sortie en 1992 - oui je sais, mes références vous impressionnent, mais il va falloir vous habituer).





Elle y a finalement échappé de justesse, a redressé ses notes, fait un bac A ou B, je ne sais plus, et éclate aujourd'hui dans les rangs de la compagnie de téléphonie toutes ces petites copines meilleures en classe. Mais elle a la haine. Pour elle, ce bac G, c'était l'impossibilité de faire carrière. Elle a la haine contre ceux qui à l'école peuvent complètement casser un élève par une orientation inadéquate.

Évidemment l'orientation scolaire est une problématique complexe, et je n'ai pas pour ambition de faire avancer le débat. J'avais juste envie d'apporter deux éclairages qui me touchent et me font réfléchir, moi l'ex-bonne élève qui l'a eu facile à l'école.

0 commentaires:

Enregistrer un commentaire

Where is Scarlett ? All rights reserved © Blog Milk Powered by Blogger