Ciel ! Mon mari est publicitaire !

lundi 26 novembre 2012

Beigbeder, l'ex-pubard dans toute sa splendeur



Il est loin le temps où, jeune collégienne puis lycéenne boutonneuse et rougissante, je ne craquais que pour des garçons BCBG.

Si t'avais pas ta paire de Weston (ou Paraboot), ton sweat Chevignon, ta chemise Façonnable, ta canadienne, ou ton Teddy, t'avais beau être sympa (et drôle et intelligent) il n'y avait aucune chance pour que je mette ma langue dans ta bouche. J'étais déjà une petite snob narcissique et futile.

I love Copenhague # 3 / Huit bonnes raisons d'y aller avec des enfants

dimanche 11 novembre 2012

Le Tower playground à Fælledparken


A l'heure où les jours raccourcissent comme peau de chagrin, je suis sûre que vous aimez à vous tourner vers vos bons souvenirs estivaux, ceux où les rues étaient propres, l'air pur, l'herbe bien verte, et l'esprit, léger (bref quand vous n'étiez pas à Paris). Et là, vous vous demandez où partir l'été prochain avec vos mouflets.

Si à mon avis, il y a une destination idéale pour les enfants l'été, c'est bien Copenhague.

Je vous vois venir, avec votre scepticisme, mais oui, le bonheur est dans le Nord.

Voici en 8 points (pas un de plus, j'ai la rigueur dans le sang) pourquoi :

Un jour une chanson # 2 / Just a gigolo

mercredi 31 octobre 2012

Louis Prima, l'homme qui sourit sur toutes les photos (vérifie sur google si tu ne me crois pas !)




Après mon post sur le tout récent tube Bensonhurst Blues, je continue sur les chansons hype et dans l'air du temps avec un autre classique, mais du swing cette fois : "Just a Gigolo" de Louis Prima (une chanson qui a bercé mon enfance car mon père dansait le rock dessus. Hé oui). (Pour ceux qui ont déjà lu le post sur "Bensonhurst blues", j'ai détaché l'anecdote sur "Just a Gigolo" car ça faisait un peu long).

Lancée en 1956 par Louis Prima ("le roi du swing", américain dont la famille est originaire de Sicile), elle est à l'origine un tango créé en 1929 en Autriche, et qui remporta alors un vif succès dans le monde. Louis Prima l'enrichit de "I Ain't Got Nobody" morceau composé en 1915, donnant ainsi un nouveau rythme à l’ensemble.

J'ai découvert sur le site Bortch l'origine et la signification des onomatopées incompréhensibles qu'on entend à la fin de la chanson. Et cachez votre enthousiasme, je suis sûre que ça va tout vous chambouler de les connaître. Si, si.

Un jour une chanson # 1 / Bensonhurst Blues

mardi 23 octobre 2012

Parfois, il faut savoir sacrifier l'esthétique d'un blog pour l'information. D'où cette photo. Désolée.



Vous connaissez sans doute cette chanson, Bensonhurst blues, tube planétaire des années 80, interprétée par Osca
r Benton (si vous répondez non, c'est soit que vous êtes jeune, soit que vous avez vécu dans une grotte, bref, la loose).

Je l'écoutais ado, je l'aimais bien, et je suis retombée dessus par hasard. Je me suis demandée qui était Oscar Benton, dont j'aime la voix énergique, rauque, et bien testostéronée (c'est mon côté Fantomette, j'aime faire des enquêtes) (et des rimes).

Quelle ne fut ma surprise de découvrir qu'il était blanc et avait un physique banal (c'est un euphémisme, quand on écoute sa voix, on s'attend à un physique fort et charismatique, pas à un blondin au cheveu rare).

Mais la découverte des origines de ce morceau fut plus surprenante encore... (gros suspense).

Moments suspendus (petite histoire du GIF)

jeudi 11 octobre 2012



Aujourd'hui, chers amis, parlons peu parlons GIF, en commençant par des petits moments de poésie girly sous forme de cinemagraphs, inventés et réalisés par la photographe de mode new-yorkaise Jamie Beck et le graphiste Kevin Burg (en couple dans la vie aussi, pour les lecteurs de Voici et autre littérature de haute volée), à l'occasion d'un reportage sur la Fashion Week New-Yorkaise.

Pour pouvoir apprécier ces vignettes animées, il faut être patient, les animations sont souvent subtiles, scroller lentement, et parfois, cliquer dessus pour les faire démarrer. Enjoy !

En conseil écoute le vieil

mercredi 3 octobre 2012


Les réseaux sociaux et les nouveaux médias ont des codes de conduite implicites pas toujours faciles à assimiler ou décoder. Heureusement, Mamie en connaît un rayon et veut bien nous faire partager sa sagesse.

Pour info, "En conseil écoute le vieil" est un proverbe français. A l'origine on disait même "En conseil, ois le vieil" (je vous en bouche un coin, là).

I love Copenhague # 2 / Les cafés

vendredi 21 septembre 2012


















Après avoir abordé l'amour des Danois pour la bicyclette, passons à un autre aspect de leur culture : les cafés.

C'est bien connu, les Danois, et les scandinaves en général, ont le sens du design. Mais ce que l'on sait moins dans nos contrées latines, c'est qu'ils ont aussi le sens du confort, du cosy, du chaleureux. Il y a même un mot danois pour le désigner : le "hygge".

C'est un terme difficile à traduire, que l'on pourrait définir comme l'art de créer l'intimité, d'être bien ensemble. Vivre un moment "hyggelig" passe par une sensation de bien-être physique (deux conditions doivent être remplies : le ventre plein et le corps au chaud), mais aussi par le plaisir d'être avec des amis ou en famille.

(Avec des bonnes adresses à la fin, pour vous petits veinards !)

I love Copenhague # 1 / Le vélo

jeudi 13 septembre 2012


J'aime le Danemark. J'aime Copenhague. J'aime VRAIMENT le Danemark et Copenhague. Je suis à fond dans ma phase danoise, et ça fait un an que ça dure.  Cet été nous y avons passé 15 jours en famille (avec Pierre et nos enfants de 7 et 4 ans), et ça a confirmé mon énorme coup de coeur de l'été dernier, quand j'y étais partie seule, quelques jours.

Pourquoi cet engouement me direz-vous ? Et bien vous faites bien de me le dire car j'ai très envie de vous l'expliquer. Mais ça va être long. Donc je vous le fais en plusieurs posts, pour que ce soit plus digeste.

Copenhague est belle, mais pas d'une beauté saisissante, comme Rome par exemple. Elle a une beauté calme, reposante, et une séduction qui se niche dans les détails, derrière les portes cochères, dans les cafés, les parcs, les boutiques, dans l'assiette, dans ses lacs et ses façades anciennes.

Dans ses habitants, aussi. Ils sont d'une façon générale beaux, et soucieux de leur style vestimentaire. Les filles sont de longues lianes blondes à la cuisse ferme (le vélo) et les garçons de grands gaillards blonds élancés, au style preppy cool bien étudié. Et c'est toujours une surprise (et un plaisir), au feu rouge, de tourner la tête et de se retrouver à côté d'une bombe atomique à bicyclette, hiératique et concentré(e).

Copenhague, c'est un ensemble de petites choses mises ensemble qui vous imprègnent profondément et vous font rêver à cette fameuse qualité de vie "à la danoise".

La première et la plus visible pour le nouvel arrivant, c'est le vélo.

Where is Scarlett ? All rights reserved © Blog Milk Powered by Blogger